FUC

  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

10 juillet, 2010

Vacances!

Classé sous dessin — fuc @ 18:10

Vacances! dans dessin dyn008_original_684_676_pjpeg_2625226_a0f581b48e10d9a0ba4997cc1e93e4b2

7 juillet, 2010

Analyse Vespasienne

Classé sous texte — fuc @ 7:00

page000147.jpgpage000225.jpg

5 juillet, 2010

Faux basés Régional

Classé sous texte — fuc @ 9:57

page000146.jpg

4 juillet, 2010

Ponctualité

Classé sous vid — fuc @ 9:48

Image de prévisualisation YouTube

3 juillet, 2010

Alors!

Classé sous texte — fuc @ 11:09

Des informations émanent du journal « la Tribune », en général ce quotidien est très bien informé, rappelez vous l’annonce de « mimosa »! aujourd’hui il rapporte « un plan » pour les filiales moribondes, cette information est à prendre au sérieux, elle peut être source d’optimisme pour Régional.

Le Fuc attend avec impatience la réaction des syndicats de Régional qui ont un appui à Air France, le Snpl bien-sûr, mais aussi les camarades du snpunac (contraction de snpnac et unac).

Britair ,Regional et Cityjet sont en effet « complètement asphyxiées » par la concurence d’easy jet et autre Ryanair,explique le quotidien, qui a interrogé des dirigeants de la compagnie hexagonale.

Parmi les pistes évoquées, figure l’augmentation du temps de vol des avions, pour accroitre leur productivité à l’image de ce que font justement les compagnies à bas couts :4000 heures de vol par an et par appareil en moyenne contre 2500 à Regional et Britair par exemple.

Pour ce faire Air france envisage un changement de stratégie en adoptant la tactique « point à point »des compagnies à bas couts alors que sa politique actuelle vise surtout à alimenter ses hubs de Paris et Lyon, cantonnant ses appareils de moins de 110 places dans des plages horaires restrictives.

Le nouveau plan, qui reste à finaliser,s’accompagnera d’un effort commercial destiné à restaurer la rentabilité de ses filiales,conclut la Tribune.

Une compagnie qui ne manque pas d’air!

Classé sous presse — fuc @ 10:47

INFO LE FIGARO – Fin septembre, Oxygène Afrique desservira cinq destinations sur ce continent. Elle souhaite récupérer la clientèle d’affaires d’Air France, alors que les liaisons vers l’Afrique sont les plus rentables de la compagnie nationale. 

Une compagnie qui ne manque pas d'air! dans presse 45800_1276997926

coeur- dans presseDécollage imminent. Une nouvelle compagnie aérienne, Oxygène Afrique, desservira le continent noir à partir de fin septembre, et ce au départ de Paris. L’entreprise a déposé une demande de certificat de transport aérien auprès de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Ce sésame, indispensable pour exploiter des lignes aériennes, devrait être obtenu dans les prochaines semaines. Trente pilotes ainsi qu’une centaine d’hôtesses et stewards ont déjà été recrutés.Pour démarrer, la compagnie loue deux Boeing 767 au loueur américain International Lease Finance Corporation. Le premier appareil, actuellement à Miami, devrait être livré à Paris le 15 juillet, le second à la mi-août. Selon nos informations, Oxygène sera une compagnie régulière à destination de l’Afrique, mais n’assurera pas de vols charters. Ses appareils seront aménagés avec une classe économique et une classe affaires pour attirer la «clientèle haute contribution», notamment les cadres de sociétés pétrolières.

Cinq destinations sont prévues dans un premier temps: Luanda (Angola), Abidjan (Côte d’Ivoire), Malabo (Guinée équatoriale), Conakry (Guinée) et Bamako (Mali). La compagnie vient d’obtenir les droits de trafic pour voler vers ces villes. Elle négocierait actuellement avec le Burkina Faso pour desservir Ouagadougou. En ouvrant ces destinations, Oxygène, qui a été créée avec un apport de 25 millions d’euros d’«investisseurs privés européens», selon une source proche du dossier, s’attaque aux destinations les plus rentables du réseau d’Air France. «La compagnie nationale est dans une situation de quasi-monopole sur l’Afrique, explique un analyste. Les prix des billets sont élevés du fait d’une clientèle de cadres ainsi que de particuliers prêts à payer le prix pour voyager avec Air France plutôt qu’une compagnie africaine.»

 

Lufhansa monte en puissance

Ancien cadre d’Aéroports de Paris, le créateur d’Oxygène, Steve Bokhobza, a été chef d’escales dans plusieurs compagnies aériennes. Selon l’un de ses collaborateurs, son intention est de récupérer les anciens clients d’Air France qui voyagent aujourd’hui vers l’Afrique via les hubs du groupe Lufthansa. Le concurrent allemand est en effet en pleine montée en puissance sur le continent, où il revendique déjà autant de destinations qu’Air France. «Comme Lufthansa, Oxygène va proposer des prix 20% inférieurs à ceux d’Air France, explique un proche du dossier, mais ses vols seront directs au départ de Paris.» À terme, la jeune compagnie ambitionne d’exploiter quatre gros-porteurs vers l’Afrique ainsi qu’une dizaine de petits appareils pour y développer le transport régional.

Easyjet dans le ciel de BritAir

Classé sous presse — fuc @ 7:43

L’arrivée de la compagnie low-cost Easyjet à Brest bouscule la compagnie régionale Brit Air au moment où la crise pèse déjà fortement sur ses finances et son trafic.

Easyjet dans le ciel de BritAir dans presse

«Ce n’est pas une surprise mais ce n’est pas une bonne nouvelle. Easyjet est un concurrent redoutable.» Mac Lamidey, P-DG de la compagnie bretonne basée à Morlaix (1.200 salariés), ne cachait pas hier sa préoccupation au lendemain de l’annonce par la compagnie britannique de sa nouvelle offensive en France. Easyjet (3,2milliards d’euros de chiffre d’affaires) va en effet renforcer sa présence à Lyon, avec six nouvelles lignes régulières, dont l’une vers Brest, quatre fois par semaine. Rappelons que Lyon, c’est le hub (plate-forme) de Brit Air d’où elle assure de nombreuses liaisons vers des villes françaises et européennes. Easyjet va également l’attaquer sur Lyon-Prague. Début juin, la compagnie low-cost avait lancé les hostilités en annonçant le lancement d’une liaison quotidienne entre Paris et Brest, mettant fin au monopole d’Air France et de sa filiale Brit Air. Easyjet vise 100.000 passagers par an entre Paris et Brest. Air France et Brit Air en transporte actuellement 450.000 par an.

«Une nouvelle clientèle»

Marc Lamidey relativise toutefois la menace. «Easyjet n’offrira que quatre vols par semaine sur Lyon, Brit Air en assure 18. Ils arrivent avec de gros avions et peu d’horaires», explique-t-il.» Pour la Chambre de commerce de Brest, gestionnaire de l’aéroport Brest-Bretagne, la venue d’Easyjet va développer le trafic. «Air France propose neuf rotations quotidiennes sur Paris. Easyjet en ajoute une», explique Raoul Laurent, le directeur des Equipements à la CCI. «Le low-cost apporte une nouvelle clientèle, qui n’a pas l’habitude de prendre l’avion.» Pour faire venir Easyjet, la Chambre de commerce a-t-elle déroulé le tapis rouge? C’est le souci du P-DG de Brit Air. «J’espère que nous avons des conditions équitables. Brest est une ville où les prestations aéroportuaires sont chères. Elles viennent d’augmenter», estime Marc Lamidey. «Je serai attentif à ce que ces hausses de tarifs ne soient pas destinées à faire des largesses à nos concurrents.» Du côté de la CCI, on balaie ces doutes. «Nous traitons nos clients de manière équitable», assure Raoul Laurent.

Contexte de crise

Pour Brit Air, cette concurrence arrive alors qu’elle vient de clore un deuxième exercice déficitaire sous l’effet de la crise (voir infographie). Et l’offensive d’Easyjet fait suite à l’échec du projet de spécialisation et de renforcement de la base lyonnaise. Un projet rejeté au printemps par les syndicats. «Nous devrons remettre en causecertains principes de gestion», dit Marc Lamidey. Côté syndicats, peu de réactions pour le moment. Le SNPL, représentant les pilotes, redoute un plan de sauvegarde à l’automne.

2 juillet, 2010

Faux-basé

Classé sous texte — fuc @ 22:22

Faux-basé dans texte y1pmdh8h3xdrivmicx4328pwxpgjj6ojhqe2ypac0ykzk-sp-70j3jnacu3d51v0cekcg7hnrokszw

Vous apprécierez ce que le snpnac écrit dans une com:

« Pour nos camarades du FUC et du SPAC, des demandes pour le moins « irréalistes » : indemnités financières, prise en charge d’hôtel entre les vols…. »

ils ont oublié qu’il était aussi question de donner une existence légale aux faux-basé, le FUC a fait une demande d’avenant pour que la définition du faux-basé soit inscrit dans notre ACPN, les PNT concernés apprécierons le qualificatif d’irréaliste, heureusement qu’à la création de la base de Lille nous n’avons utilisé ce mot sinon un délégué du snpnac (qui à l’époque était faux-basé) ne serait pas basé au chaud à la maison…

Travail dissimulé en France : une compagnie « low cost » relaxée !

Classé sous presse — fuc @ 16:21

 Travail dissimulé en France : une compagnie

Alors qu’Easyjet et Ryanair sont dans le collimateur de la justice française pour ne pas avoir appliqué le droit du travail français à son personnel travaillant en France, la « low cost » espagnole Vueling, soupçonnée des mêmes griefs, a été relaxée au motif qu’elle aurait respecté la réglementation européenne.

De quoi alimenter le débat autour du dossier explosif du travail dissimulé. Alors qu’Easyjet et Ryanair sont soupçonnées de travail dissimulé en France pour avoir employé, sur leurs bases d’exploitation françaises, du personnel avec des contrats de droit britannique et irlandais, une autre compagnie « low cost », soupçonnée sur la base des mêmes accusations, a gagné devant un tribunal français. Il s’agit de la compagnie espagnole Vueling qui a été relaxée.

Selon des sources concordantes, le tribunal correctionnel de Bobigny a jugé jeudi que la compagnie à bas coût avait respecté la réglementation européenne et française en ne déclarant pas en France un certain nombre de salariés détachés dans l’Hexagone. « La règlementation européenne indique qu’une entreprise peut procéder à un détachement d’un salarié en maintenant le régime de sécurité sociale du pays d’origine à condition que la sécurité sociale du pays, après examen du dossier, donne son autorisation et que la durée du détachement soit provisoire, d’un an », a indiqué à La Tribune l’avocat de Vueling, Me Aurélien Chardeau, du cabinet Gide Loyrette Nouel..

Après l’ouverture de la base de Vueling à Roissy il y a quelques années (aujourd’hui fermée), un inspecteur du travail avait saisi la justice. Se sont notamment portées parties civiles la CRPN (la caisse de retraites des navigants), l’Urssaf, le syndicat des navigants commerciaux Unac et Pôle Emploi. La plupart devraient faire appel. « Le juge s’est basé sur une règle générale, il existe également une règle particulière voulant que les navigants, on ne peut appliquer la règle du détachement si l’activité est régulière », indique une partie civile.

Pour autant, « cette décision est inquiétante », assure la même source. « Le cas Vueling risque de faire une jurisprudence favorable à Easyjet et Ryanair », assure de son côté un observateur. En effet, le personnel sur la base de Ryanair tournerait très souvent (autour de trois mois), selon des sources aéroportuaires. Ce qui casserait de facto l’argument de l’activité régulière. « C’est vrai et c’est d’ailleurs pour cela qu’il n’y a pas eu de plainte avant. Sauf qu’aujourd’hui, il semblerait que le personnel de Ryanair reste un ou deux ans », estime un connaisseur du dossier.

Scoop Filiales AF

Classé sous presse — fuc @ 9:16

Scoop Filiales AF dans presse bouton-da39alarme-anti-pets-bullshit

appuyer sur le bouton

12

Bingo |
THEDING ENSEMBLE |
amdh meknes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog de la promo 2004 de Su...
| Archives de Bgayet
| validation des acquis