FUC

16 octobre, 2010

Bye Bye Ryanair, Wecolme Transavia

Classé sous presse — fuc @ 8:53

Ryanair à peine partie, Transavia annonce des vols au départ de Marseille

La nature a horreur du vide. Ryanair n’a pas encore retiré ses quatre avions basés au terminal MP2 de Marseille-Provence que Transavia lance déjà ses dessertes sur Monastir au départ du même aéroport. Le même phénomène s’était produit l’an dernier quand easyJet avait remplacé Ryanair à Bâle-Mulhouse, n’ayant pu obtenir une baisse des taxes de l’aéroport franco-suisse. Toutefois Transavia, comme à Lyon, ne base pas la semaine prochaine un avion à Marseille. La montée en puissance sera forcément plus lente qu’à Nantes où un Boeing 737-800 de la filiale d’Air France-KLM est désormais stationné à l’année. Contrairement à un avion en escale qui limite son passage aux trente minutes nécessaires au débarquement et à l’embarquement des passagers, un appareil basé permet de multiplier le nombre de dessertes car il décolle dès 7 heures du matin et atterrit vers 23 heures à l’issue de son dernier vol. Entre-temps, il multiplie le nombre d’allers et retours au rythme d’un toutes les trois à quatre heures. Pour optimiser l’exploitation d’un avion basé, les équipages doivent vivre aussi sur place. Du personnel d’assistance et de maintenance est nécessaire, donc des emplois créés spécialement. C’est ce point qui a fâché Ryanair qui veut bien employer des salariés à Marseille à condition de payer ses charges sociales en Irlande, beaucoup moins élevées qu’en France. La compagnie, mise en examen pour ce premier tour de passe-passe, a aussi créé un modèle de « transport aérien par répartition » qui fait hurler ses concurrentes. Le passager paye un billet d’avion très peu cher car la compagnie assure ses revenus avec l’argent public des aides et subventions versées par la plupart des aéroports.

Maintenir la paix sociale à Air France

Monastir, qui n’était pas desservie par Ryanair, pourrait n’être qu’une première destination Transavia au départ du MP2. Lionel Guérin, le pdg de Transavia, a clairement exprimé son intention de monter en puissance à Marseille avec des dessertes, probablement au printemps prochain, outre la Tunisie, vers le Maroc et le Portugal. La ligne de Monastir qui ouvre dès le 22 octobre les mardis et jeudis avec un court préavis de dix jours, montre la réactivité de la low cost. Celle-ci, pour se développer, doit analyser les marchés intéressants au départ de la Provence mais se garder de marcher sur les plates-bandes d’Air France. La filiale est priée de ne pas créer de remous sociaux avec les syndicats de pilotes, actuellement très sensibilisés par la refonte du moyen-courrier en cours à la compagnie nationale. Aussi, lors des accords secrets signés avec les organisations professionnelles d’Air France à la création de Transavia France, une clause prévoit que la low cost desserve essentiellement des lignes à vocation touristique comme celles des pays méditerranéens. Pas question de toucher aux autres dessertes même si elles creusent chaque jour un peu plus le déficit du secteur moyen-courrier de la compagnie nationale.

Laisser un commentaire

Bingo |
THEDING ENSEMBLE |
amdh meknes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog de la promo 2004 de Su...
| Archives de Bgayet
| validation des acquis