FUC

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

9 octobre, 2010

Les pilotes de Regional inquiets pour l’avenir!

Classé sous presse — fuc @ 9:47

Les pilotes de Regional inquiets pour l'avenir! dans presse exclusiviteles_echos dans presse

Les syndicats de pilotes de Regional, la filiale nantaise du groupe Air France, s’inquiètent pour l’avenir de leur compagnie et le font savoir. Dans un communiqué de presse diffusé hier, le SNPL, l’UPL et le FUC dénoncent des « menaces » pesant sur la principale compagnie régionale d’Air France et « l’absence de transparence, voire de véritable projet d’entreprise ». Ils s’inquiètent du fait que « la seule préoccupation d’Air France semble être son secteur long-courrier ».

Selon Nathalie Codelfy, responsable du SNPL chez Regional, « on a l’impression que la reprise est là, mais pas pour nous ». Et d’ajouter : « On voit partir l’activité à des compagnies étrangères extérieures au groupe, comme Nantes-Manchester confié à Flybe ou Genève-Bordeaux repris par Baboo»

Absence de transparence

Durement touchée par la crise, à l’instar de sa cousine Brit Air, Regional Airlines a perdu 13 % de son activité sur l’exercice 2009-2010, en s’enfonçant dans le rouge, avec une perte d’exploitation de 17,8 millions, contre 11,6 millions en 2008-2009. La compagnie doit faire face non seulement à la baisse du trafic affaires et à la concurrence des compagnies low cost, mais aussi à des coûts de production qui ne lui permettent plus de gagner de l’argent sur les vols affrétés par Air France, soit 20 % de son activité.

D’où l’inquiétude des syndicats, qui attendent une vision stratégique et une recapitalisation. Début 2010, un projet de réorganisation de l’activité entre Regional et Brit Air avait été ébauché. Il prévoyait de confier à Regional les dessertes de Roissy-CDG et à Brit Air celles de Lyon. Mais le projet avait été abandonné face à l’opposition des syndicats de Brit Air. Et depuis, plus rien.

« Une réflexion est en cours dans le cadre de celle du groupe Air France pour l’ensemble du réseau court et moyen-courrier », indique la porte-parole de Regional. Des éléments de réponses pourraient être donnés le 19 octobre, lors de la convention annuelle de l’entreprise. Il souligne en outre que l’offre de Regional est repartie à la hausse (+ 1,3 % en sièges kilomètre offert) cet hiver, avec notamment la reprise de la ligne Paris-Oslo.

BRUNO TREVIDIC, Les Echos

Ryanair, Vueling, Transavia et easyJet lourdement condamnées.

Classé sous presse — fuc @ 9:46

Cinq compagnies low cost ont été condamnées ce vendredi à payer près de 150.000 € d’amendes en raison d’irrégularités constatées sur leur site Internet.

Ryanair, Vueling, Clickair (qui a désormais fusionné avec Vueling), Transavia et easyJet devront en outre payer 4.483 € à chacune des 176 personnes qui avaient porté plainte auprès de L’Agence catalane de la consommation (ACC) de la Generalitat, soit près de 790.000 €.

Les compagnies concernées ont été condamnées pour diverses raisons : clauses abusives des contrats supposant un prix final supérieur à celui annoncé, présélection de la case de l’assurance voyage (optionnelle), facturation des bagages en soute, frais de paiement par carte de crédit.

Les compagnies Vueling et Clickair sont les plus lourdement condamnées (respectivement à 40.000 € et à 56.400 € d’amende). Viennent ensuite Ryanair (31.500 €), easyJet (17.600 €), et enfin Transavia (4.000 €)

Il sera intéressant d’observer si ces condamnations sont de nature à modifier les pratiques des compagnies low cost. L’agence affirme notamment que « les compagnies aériennes doivent fournir un système de paiement alternatif qui soit gratuit pour le consommateur ». Ce n’est généralement pas le cas.

A l’heure actuelle, les pratiques mentionnées subsistent d’une façon ou d’une autre sur tous les sites de compagnies citées, à l’exception de Transavia : la filiale d’Air France ne facture aucun frais supplémentaires et ne préselectionne plus la case assurance voyage.

Pour y voir plus clair, QuelleCompagnie.com détaille tous ces frais annexes et cachés dans la carte d’identité de chaque compagnie low cost.

8 octobre, 2010

Le nouveau défi d’Air France, la concurrence des pays du Golfe!

Classé sous presse — fuc @ 12:16

Le nouveau défi d'Air France, la concurrence des pays du Golfe! dans presse Dubailand-min

Prêtes à tout pour créer de l’activité, dépensant sans compter, et bénéficiant d’importantes subventions, les compagnies des pays du Golfe sont les concurrentes des dix prochaines années, estime Pierre-Henri Gourgeon, le PDG d’Air France.

Le directeur général du groupe Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon, a estimé jeudi que le défi de la prochaine décennie pour les groupes aériens européens serait de résister aux compagnies du Golfe qu’il juge très offensives. « La prochaine étape pour les dix prochaines années est de faire face aux compagnies du Golfe », a-t-il déclaré à des journalistes dans l’Airbus A380 spécialement affrété pour célébrer les 60 ans de la liaison Paris-Montréal. « Elles sont prêtes à tout pour créer de l’activité. Elles dépensent sans compter. Elles ont cette volonté de prendre des parts de marché des compagnies européennes », a-t-il ajouté, s’interrogeant sur la capacité à résister des trois majors européens –Air France-KLM, Lufthansa et British Airways.

Selon lui, ces compagnies bénéficient d’avantages substantiels de la part des Emirats Arabes Unis leur permettant de passer des commandes géantes auprès d’Airbus et Boeing. « Ils ont une force de frappe monumentale. Si nous étions dans les mêmes conditions d’exonération de taxes, etc., nous gagnerions trois milliards » par an, a-t-il affirmé, comme il l’avait déjà dit ces derniers mois.

Il estime enfin que si les autorités européennes « laissent faire », « l’Europe perdra ses atouts au bénéfice du Golfe ». Air France-KLM est l’une des 25 compagnies aériennes américaines et européennes qui prévoient de dénoncer officiellement les garanties de prêts à l’exportation dont bénéficient leurs concurrents pour acheter des avions, selon une source proche du dossier. Ces transporteurs « sont parvenus à un accord de principe qui, lorsqu’il sera finalisé, sera présenté aux négociateurs européens et américains soit plus tard cette semaine soit en début de semaine prochaine », a précisé mercredi à l’AFP cette source ayant requis l’anonymat.

Dans un projet de lettre qui doit être envoyée notamment au secrétaire américain au Trésor Tim Geithner et à la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, les transporteurs demandent une « correction des déséquilibres » dans le financement des avions.

La compagnie Emirates a connu ces dernières années une croissance très forte. Les Emirats Arabes Unis négocient actuellement avec la France et l’Allemagne pour obtenir des droits de trafic supplémentaires dans ces pays pour ce transporteur et sa consoeur Etihad. Emirates souhaite notamment obtenir des autorités françaises de l’aviation civile un vol supplémentaire à Nice (sud de la France), une des bases historiques de province d’Air France déjà fortement concurrencée par la compagnie à bas coûts britannique easyJet.

Air France-KLM doit « compenser les avantages (dont bénéficient les compagnies du Golfe) en ayant un point d’appui sur les marchés porteurs et un produit efficace », a commenté M. Gourgeon. Il a souligné que le groupe, grâce à l’alliance aérienne SkyTeam dont il est membre fondateur, avait « semé les graines en Chine » avec des partenariats avec China Southern, China Eastern et China Airlines. Le trafic des transporteurs chinois pour le seul marché domestique se compte en dizaines de millions de passagers, a-t-il fait valoir.Il a précisé qu’en cinq ans, le réseau de SkyTeam serait passé de trois à huit destinations chinoises.

« Le développement de la Chine m’impressionne. Si je me projette dans cinq ans encore, il y a de l’espoir », a estimé M. Gourgeon, observant que dans le futur, les dessertes entre la Chine et l’Europe devraient être d’un niveau comparable aux liaisons transatlantiques.

LExpress-logo dans presse

7 octobre, 2010

le Conseil constitutionnel a rendu publique

Classé sous texte — fuc @ 20:38

le Conseil constitutionnel a rendu publique  dans texte EntreeDuConseilConstitutionnel

Le Conseil constitutionnel a été saisi le 9 juillet 2010 par la Cour de cassation, dans les conditions prévues à l’article 61-1 de la Constitution, d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée par le syndicat CGT-FO et autres. Cette question portait sur la conformité aux droits et libertés que la Constitution garantit de l’article L. 2122-2 du code du travail.

L’article L. 2122-2 du code du travail a été introduit dans ce code par la loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail. Il définit les règles pour la mesure de la représentativité des syndicats catégoriels s’ils sont eux-mêmes affiliés à une confédération syndicale catégorielle. Le critère d’audience est de 10 % des voix dans le collège électoral correspondant à la catégorie que le syndicat a spécialement vocation à représenter.

Le syndicat CGT-FO et autres soutenaient que cet article méconnaît les droits et libertés que la Constitution garantit et notamment la liberté syndicale et le principe d’égalité devant la loi. Le Conseil constitutionnel a écarté ces griefs :

- D’une part il a jugé que le législateur avait entendu éviter la dispersion de la représentation syndicale. En fixant le seuil de l’audience à 10 %, il n’a pas méconnu la liberté syndicale ni le Préambule de la Constitution de 1946.

-D’autre part, les organisations syndicales qui, selon leurs statuts, ont vocation à représenter certaines catégories de travailleurs et qui sont affiliées à une confédération syndicale catégorielle interprofessionnelle nationale ne se trouvent pas dans la même situation que les autres organisations syndicales. En prévoyant que, pour les organisations syndicales catégorielles, le seuil de 10 % est calculé dans les seuls collèges dans lesquels elles ont vocation à présenter des candidats, le législateur a institué une différence de traitement en lien direct avec l’objet de la loi. Il n’a pas méconnu le principe d’égalité.

Le Conseil constitutionnel a jugé que l’article L. 2122-2 du code du travail est conforme à la Constitution.

ici

ça se passe en france!

Classé sous Non classé — fuc @ 9:30

ICI

Pub Virgin

Classé sous vid — fuc @ 9:01

Image de prévisualisation YouTube

AF en chiffre

Classé sous presse — fuc @ 8:44

AF en chiffre dans presse pourcentage

pdf dans presse trafficafsept1.pdf

Les petits pas d’Air France

Classé sous presse — fuc @ 7:45

Les petits pas d'Air France dans presse logo_lesechos

Challenge 12, NEO, PAC, Leopard et maintenant Domino. Chez Air France, on a manifestement le goût des grands chantiers et… des intitulés accrocheurs. Crise du transport aérien oblige. Il ne s’écoule pas un mois ou presque, ces derniers temps, sans que les dirigeants de la compagnie nationale ne mettent en route un nouveau programme pour dynamiser ou restructurer telle ou telle activité. Ce n’est pas la révolution permanente, plutôt une évolution par petites touches, mais qui, au final, concerne toute l’organisation. Avec un objectif clair, adapter aussi bien l’offre de la compagnie que sa structure de coût à la nouvelle donne du secteur.

On peut évidemment se demander si c’est la bonne méthode. S’il n’aurait pas été préférable d’opter pour un plan d’ensemble susceptible de remettre à plat la stratégie de l’entreprise. Un choix qui aurait en outre présenté l’avantage de la lisibilité pour des marchés financiers. D’autres grands pavillons européens s’y sont résolus. Face à la baisse de son activité, British Airways, par exemple, a opté pour la manière forte. Avec, il est vrai, un succès discutable pour le moment. Depuis le début de l’année, le bras de fer avec les syndicats s’est soldé par vingt-deux jours de grève, ce qui a creusé les pertes. De ce point de vue, le bilan d’Air France est plus flatteur. Le maintien du dialogue avec les représentants du personnel a permis de maintenir bon an mal an la paix sociale, tout en donnant des résultats concrets. Tant mieux.

Mais il ne faut pas se tromper. Cette réussite résulte tout autant de la politique des petits pas adoptée par les dirigeants d’Air France que du fait que les sujets qui fâchent n’ont toujours pas été franchement abordés. Pour l’essentiel, les nécessaires réformes structurelles restent à venir. C’est tout particulièrement le cas de la restructuration du réseau court-moyen courrier, qui souffre de la concurrence frontale du TGV et des low cost. Les mesures prises jusqu’ici vont, certes, permettre de retrouver l’équilibre financier, mais le problème de fond, lui, n’a pas été réglé. EasyJet a toujours des coûts 50 % inférieurs à ceux d’Air France. Avec un tel handicap, ce dernier ne peut donc pas espérer rivaliser efficacement sur la durée. Le temps de traiter la question viendra forcément. Officiellement, ce n’est pas pour tout de suite, même si la compagnie a discrètement mis à l’étude la possibilité de créer une « structure » à coûts réduits sur ses lignes intérieures. Son nom en tout cas aurait déjà été choisi : « Air France Express ».

6 octobre, 2010

Bad news

Classé sous Non classé — fuc @ 22:31

Bad news 1986970171_1

Nous venons d’apprendre le décès de Karim, sincères condoléances à sa famille, nos pensées en ces moments douloureux vont à sa femme et son fils.

L’équipe FUC

5 octobre, 2010

HI HI

Classé sous humour — fuc @ 15:22

HI HI dans humour grevedati_

1234

Bingo |
THEDING ENSEMBLE |
amdh meknes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blog de la promo 2004 de Su...
| Archives de Bgayet
| validation des acquis